P


P

1. p [ pe ] n. m. inv. Seizième lettre et douzième consonne de l'alphabet : p majuscule (P), p minuscule (p). Prononc. Lettre qui, prononcée, note l'occlusive bilabiale sourde [ p ] (papa, apparaître, rapt, bip). À la fin ou à l'intérieur de certains mots, p est muet (coup, drap, compter).Digramme comportant p : ph, qui note la fricative labiodentale sourde [ f ] (pharmacie, éléphant). On écrit phantasme ou fantasme (→ 1. f). p 2. p abrév. et symboles IP
1P [ pe ] adj. inv. Région de type P : région d'un semi-conducteur à prédominance d'impuretés comportant un défaut d'électrons.
2P [ pɛr ] n. m. inv. Père (10o). Le P. de Foucauld.
3P [ parkiŋ ] Parc de stationnement.
IIp
1p [ piko ] Pico-.
2p. [ paʒ ] n. f. Page. pp. :pages.
3p. p. [ partisippase ] n. m. inv. Participe passé.
4p. [ pjano ] n. m. inv. Piano (2.). pp. :pianissimo.
5p. [ pur ] prép. Pour, dans l'indication d'un pourcentage. 4 p. 100.

P Abréviation de protêt ou de proteste. Chimie Symbole chimique du phosphore. Électricité Désigne la puissance active. Génétique Désigne le bras court du chromosome. Métrologie Symbole du préfixe peta. Religion Abréviation de père (titre d'un prêtre ou d'un religieux). ● P (expressions) Substances à action vitaminique P, substances naturelles (flavonoïdes, rutine, etc.) ayant en commun un facteur qui augmente la résistance des vaisseaux capillaires. Région du type « P », région d'un semi-conducteur à prédominance d'impuretés, comportant un défaut d'électrons. Système P, ensemble de groupes sanguins érythrocytaires, découvert par Landsteiner, représenté par trois antigènes P1, Pk et P, reconnus par des anticorps naturels et définissant cinq phénotypes P1, P2, P1k, P2k et p. (Les anticorps du système P sont uniquement des anticorps naturels. Certains d'entre eux sont doués d'activité hémolytique et rendent les sujets « receveurs dangereux ».) Substance P, polypeptide de faible masse molaire, présent dans le système nerveux, central et périphérique, et impliqué dans la nociception.

p
n. m.
d1./d Seizième lettre (p, P) et douzième consonne de l'alphabet, notant l'occlusive labiale sourde (ex. cep nappe) ou, dans la combinaison ph, la fricative labiodentale sourde (ex. photographie); restant parfois muette, à l'intérieur de certains mots (ex. compte) ou en position finale (ex. coup; drap); ne se faisant entendre dans les adverbes trop et beaucoup que sous forme de liaison (ex. trop occupé; beaucoup à faire pafêr]).
d2./d BIOCHIM Substance P: V. substance.

⇒P, p, lettre
La seizième lettre de l'alphabet; un spécimen de cette lettre.
A. —[La lettre en tant que telle]
1. [L'attention porte sur le signe graph., sur sa valeur, ou, simultanément ou alternativement, sur les deux]
[Le signe graph.] Un peu d'orthographe ne te nuirait pas, mon bibi! car tu écris aplomb par deux p (FLAUB., Corresp., 1876, p.375). La permanence des signes imprimés (...) n'est pas grandement troublée quand on supprime un des p d'appréhension (GOURMONT, Esthét. lang. fr., 1899, p.71).
P.méton. Le caractère d'imprimerie correspondant. On entendait, de temps en temps, siffler ou jurer l'un des apprentis: «Où est le P, cré nom d'une biche?» «Baoum! j'ai tout foutu par terre!» (DUHAMEL, Désert Bièvres, 1937, p.116).
Grand P. La capitale correspondante. On remarquait donc la splendeur du char blanc, d'où pendait un écusson sur lequel était brodé un grand P (BALZAC, Cous. Pons, 1847, p.293).
[La capitale initiale mettant en relief le mot]:
1. Quoi donc, raille ma soeur, tu crois comme les instituteurs au Progrès avec un grand P, tu proposes l'automobile et l'avion comme remède à l'éternel tourment de l'homme, tu estimes qu'un ouvrier métallurgiste en sait davantage que Pascal, tu te juges plus fort que tous les hommes illustres qui depuis deux mille ans se sont proclamés chrétiens, etc.
VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p.72.
[La valeur phon.] C'est la princesse de Guermantes, dit ma voisine au monsieur qui était avec elle, en ayant soin de mettre devant le mot princesse plusieurs p (PROUST, Guermantes 1, 1920, p.41):
2. Articule, articule, mon garçon. Tu ne sais même pas très bien dire papa. Tu retires à la consonne p une grande part de sa force explosive. P... P... Serre les lèvres, puis desserre-les brusquement.
DUHAMEL, Combat ombres, 1939, p.35.
[Le signe avec sa valeur] Quand j'écris Psiché, je prononce pe-si-ché (...). L'articulation p devrait avoir une voyelle (DESTUTT DE TR., Idéol. 2, 1803, p.363). Si par exemple en grec m, p, t, etc., ne peuvent jamais figurer à la fin d'un mot, cela revient à dire que leur présence ou leur absence à telle place compte dans la structure du mot et dans celle de la phrase (SAUSS. 1916, p.180).
2. [La lettre en tant que constituant de mot; initiale d'un mot, elle renvoie à ce mot] L'homme a un petit calot rond, juste sur la tête et une veste verte, et, sur son dos, deux grandes lettres marquées à la couleur blanche: un P et un G [prisonnier de guerre] (GIONO, Gd troupeau, 1931, p.187):
3. «Sachons-lui gré de nous imposer ces belles initiales qui déterminent encore, après les avoir remplacés, l'emblème, le symbole et l'image...» À peine venais-je d'écrire ces lignes en préface à un livre de poèmes de E. L. T. Mesens (Alphabet sourd aveugle) que je découvrais dans (...) [un texte de T. Tzara] une particularité typographique singulière. À la page 55, six lignes se suivant commencent par un p: principes, profondeurs, par, publique, probabilités, préférant.
ÉLUARD, Donner, 1939, p.135.
P.méton. [Dans une liste de noms, p.ex., la partie commençant par p] C'était Blondeau qui faisait l'appel (...). Il a sournoisement commencé par la lettre P.Je n'écoutais pas, n'étant point compromis dans cette lettre-là (HUGO, Misér., t.1, 1862, p.787).
B. —[En tant que signe abréviatif, symb., etc., la lettre désigne, directement ou au travers du mot corresp. —qui peut ou doit alors se substituer à elle, avec sa constr. —un référent autre qu'elle-même]
1. [Abrév., plus ou moins usuelles, plus ou moins datées]
[de par, dans par exemple (p.ex.), par ordre (P.O.)] Je parie que si vous lui adressiez un pli P.O. pour lui offrir un grand commandement, il oublierait de vous répondre (CLEMENCEAU, Vers réparation, 1899, p.386). Le français a au moins deux séries, l'une dite fermée (...) (p.ex. dans dé, dos, deux), l'autre ouverte (...) (p.ex. dans mer, mort, meurt) (SAUSS. 1916, p.76).
[de pour, dans pour cent (p.cent), pour copie conforme (p.c.c.), pour prendre congé (p.p.c.)] Après-midi —masc. ou fém. (Dictionnaire de l'Académie). P.c.c. (ALAIN-FOURNIER, Corresp. [avec Rivière], 1905, p.139). L'étendue des terres cultivées n'atteindrait même, au Japon, que 15 p.cent de la superficie totale (VIDAL DE LA BL., Princ. géogr. hum., 1921, p.43). Voir BARRÈS, Cahiers, t.14, 1922, p.10, infra.
[de post, dans post meridiem (p.m.), post-scriptum (p.-s.)] P.m., promenade «nous deux Laeta»: au Museum pour le lui montrer et pour voir la collection Frühstorfer (papillons d'Europe et exotiques) (LARBAUD, Journal, 1934, p.284). Empl. subst., p.métaph. Mais enfin un sexagénaire a le droit d'écrire ses Mémoires, et le pis qui puisse m'arriver, c'est d'y mettre un supplément, un p.-s. après le p.p.c. (BARRÈS, Cahiers, t. 14, 1922, p.10).
[de page (p.)] Voir ci-après, p.tant.
[de pari, dans pari mutuel urbain (P.M. U.)]
[de parti dans Parti républicain (PR), Parti communiste (PC2), etc.]
[de père, dans père (P.) ou révérend père (R. P.)] Le P.Marcel Jousse (BREMOND, Poés. pure, 1926, p.11). [Les] recherches vertigineuses, prodigieusement neuves du R. P.Jousse sur le style oral (BREMOND, Poés. pure, 1926 p.148).
[de phosphore (P), plomb (Pb), palladium (Pd), éléments chimiques] Le numéro atomique de P.
[de police, dans police judiciaire (P.J.), police parisienne (P.P.)] Travaille-t-elle pour la P.J., pour la Sûreté, ou pour la Gestapo? (VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p.58).
[de postes, dans postes, télégraphes et téléphones (P.T.T.)]:
4. ... il se conformait aux exigences d'un but à atteindre et devenait esclave de sa liberté. Ainsi, je ne saurais plus agir autrement que comme le père de famille (ou l'ingénieur ou le conducteur de peuples, ou le surnuméraire aux P. T. T.) que je me prépare à être.
CAMUS, Sisyphe, 1942, p.81.
[de poste, dans poste de commandement (P.C.)] Il était à peine onze heures quand il atteignit le P.C. de la 84e (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1938, p.269).
[de président, dans président directeur général (P.D.G.) et, p.transpos. orth. de l'épellation de ces init., pédégé]
[de procès, dans procès-verbal (P.V.)]
[de petit, dans petites et moyennes entreprises (P.M.E.), dans plus petit commun multiple (P.P.C.M.)]
[de plaît, dans s'il vous plaît (s.v.p.)] Veuillez présenter, s.v.p., mes hommages à madame la Comtesse (HUGO, Corresp., 1822, p.342).
V. aussi P.C.E.M., P.C.V., P.G.C.D., P.M.
[Cas partic., la réticence, l'abrév. ayant valeur d'euphémisme] Plus loin, nous avons vu deux fillettes avec des robes transparentes, les formes on ne peut plus p[utain], et jouant de la guitare d'un air lascif (FLAUB., Corresp., 1850, p.205). Heureusement pour le grand-blond que cette p[ute] titrée, Mme la marquise de Montauriol, ne l'avait point totalement exprimé (CLADEL, Ompdrailles, 1879, p.281). Monseigneur de Cabrières dit que Lamennais était un p[édéraste], que là est la cause de sa rupture avec l'Église, la confession lui était impossible (BARRÈS, Cahiers, t.10, 1913, p.48).
2. [Attribution arbitraire à un référent quelconque car sans rapport avec un signe lexical corresp.] Quatre marches d'escalier N, aussi en pierres taillées, terminent la rampe, et aboutissent à l'entrée d'un souterrain O, qui est taillé dans le roc; sa forme (...) est tronquée à l'un des sommets P de l'ellipse de base (Voy. La Pérouse, t.4, 1797, p.29).
[Avec une motivation interne au syntagme] Point P, phénomène P. Je travaillais sur une petite table au point P, près de la seconde fenêtre du grand salon à l'italienne (STENDHAL, H. Brulard, t.1, 1836, p.188). Un certain phénomène P, qui avait paru à la suite des conditions a, b, c, d, et de ces conditions seulement (BERGSON, Essai donn. imm., 1889, p.157).
Prononc.:[pe]. Fait partie, avec b, c, d, g, t, v, des lettres dont le nom phon. constitue un morph. formé de la consonne elle-même plus [e]. Sous l'appellation pe [] (Ac. 1835, 1878), réduction symbolique de la désignation de la lettre à sa valeur phon. Fréq. abs. littér.:3525. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 1953, b) 2135; XXe s.: a) 6255, b) 8419.

p [pe] n. masculin.
1 Seizième lettre et douzième consonne de l'alphabet. || P, occlusive labiale sourde. || P majuscule; p minuscule.
REM. 1. P reste muet à la fin de certains mots tels que coup [ku], drap [dʀa], galop [galo], loup [lu], ainsi que dans beaucoup et trop, sauf dans le cas d'une liaison avec un mot à initiale vocalique (Il est trop aimable [tʀopɛmabl]; il y aurait beaucoup à dire [bokupadiʀ]).
2. Dans un groupe de consonnes, p est également muet à l'intérieur de certains mots, tels que compter, sculpture… Dans dompter, dompteur, promptement, l'usage hésite et la tendance considérée comme incorrecte — est à prononcer le p.
3. Le double p se prononce comme p simple (opposition, rapport); la prononciation « pp » qu'on entend parfois dans certains mots comme hippodrome est affectée.
4. Le groupe ph se prononce [f]  : pharmacie, physique.
2 Spécialt. P utilisé comme abréviation.
(P majuscule). Chim. Symbole du phosphore.Ecclés. Abrév. de père. || Oraison funèbre du P. Hardouin.
(p minuscule). Abrév. de page. || Se reporter à la p. 57.pp. : pages. || Voir les pp. 31 et 32.Dans l'indication d'un pourcentage, abrév. de pour. 4 p. 100.p. p. Abrév. de participe passé.
Mus. Abrév. de piano; pp. : pianissimo.
tableau Abréviations en musique.

Encyclopédie Universelle. 2012.


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.